Des paysans et éleveurs sénégalais exigent que la multinationale Senhuile SA quitte leurs terres

Boîte à outils

Auteur: Collectif de Ndiaël et al.
Date: 27 février 2014
Traductions: Español et English
URL raccourcie: /e/4900

Imprimer



Collectif de Ndiaël et al. | 27 février 2014

Le Collectif de Ndiaël, CNCR, ENDA Pronat, ActionAid Senegal, ActionAid Italy, Peuples Solidaires, Re:Common, GRAIN et l'Oakland Institute

27 février 2014 

Des paysans et éleveurs sénégalais exigent que la multinationale Senhuile SA quitte leurs terres

Des paysans et des éleveurs de la région Nord-ouest du Sénégal sont actuellement en Europe pour exiger la fin d’une transaction foncière qui menace les vies et les moyens de subsistance de plus de 9000 personnes. Senhuile SA, un consortium international opaque, s’est vu attribuer 20 000 hectares de terre dans la réserve de Ndiaël, utilisée depuis des décennies par la population des 40 villages de la zone. Les habitants demandent la fin de ce projet qui les prive de leur accès aux pâturages, à l’eau, à la nourriture et au bois de chauffage, les contraignant au final à quitter leurs terres.

Senhuile SA est un consortium contrôlé par Tampieri Financial Group, des investisseurs sénégalais et Agro Bioéthanol International, une société écran enregistrée à New York. Les éleveurs, en association avec des représentants du Conseil National de Concertation et Coopération des Ruraux (CNCR) et les ONG sénégalaises ENDA Pronat et ActionAid sont en Europe à partir d’aujourd’hui et jusqu’au 6 mars afin de mobiliser les citoyens et demander à Tampieri, actionnaire majoritaire de Senhuile, de mettre fin au projet. Le projet était initialement situé dans une autre région, Fanaye, où la violente opposition locale a causé la mort de deux villageois et fait des dizaines de blessés en 2011.

Un nouveau rapport publié aujourd’hui par Oakland Institute expose les nombreux défauts du projet, tels que le manque de consultation des communautés locales, l’absence de consentement, la nature opaque des opérations de Senhuile, ou encore l’impact catastrophique du projet sur les moyens de subsistance des populations. L’entreprise a déjà défriché 6000 hectares et planté différentes cultures. Elle a également construit des canaux d’irrigation et des barrières qui limitent l’accès des populations locales à leurs pâturages, à l’eau, et au bois de chauffage. « Les villageois se plaignent de harcèlement, d’intimidation et d’agression physique par la police et les gardes privés recrutés par l’entreprise » témoigne Frédéric Mousseau, Directeur des programmes de Oakland Institute.

Selon Ardo Sow, porte-parole du Collective des villages de Ndiaël qui s’opposent au projet Senhuile : « Le mépris pour les communautés locales est plus qu’évident. Une étude d’impact environnemental et social (EIES) n’a été effectuée que plusieurs mois après le début du projet, et n’a jamais été rendue publique. De plus, la carte produite par l’administration avant le début du projet a identifié l’existence de seulement 6 des 40 villages et hameaux utilisant la terre destinée à Senhuile.

Le Collective de Ndiaël, le CNCR, ENDA Pronat, ActionAid Sénégal, ActionAid Italie, Peuples Solidaires, Re:Commun, GRAIN et Oakland Institute lancent aujourd’hui un Appel Urgent pour que Tampieri se retire du projet Senhuile. « En tant qu’organisations internationales, nous soutenons l’appel des communautés pour stopper le projet et rendre les terres aux communautés » affirme Katia Roux, de Peuples Solidaires en France. « Il faut reconnaître et soutenir le rôle des petits paysans et éleveurs locaux dans le développement de systèmes alimentaires durables. ».

Aujourd’hui même, le public français et international est urgemment invité à agir en envoyant une lettre à Tampieri pour stopper le projet : http://tinyurl.com/o4kpwkf


Evénements publics en Europe :
A Paris :
- 27 février 2014, conférence de presse au Café Zango, 15 rue du Cygne 75001 Paris, à 15h.
- 28 février 2014, 19:00: http://www.librairie-resistances.com/spip.php?article683
A Rome :
- 3 mars 2014, 19:00: http://www.recommon.org/evento-le-responsabilita-italiane-sullaccaparramento-di-terra-in-senegal-3-marzo/

Contacts presse :
- Ardo Sow, Ndiaël Collective (FR) - [email protected] - +34 639 317 989
- Katia Roux, Peuples Solidaires (FR, EN) - [email protected] - +33 6 72 32 18 24
- Frederic Mousseau, Oakland Institute (FR, EN): [email protected] - +1 510 512 5458

Pour en savoir plus :
- Oakland Institute, "Sacrifier notre futur", 27 février 2014 : http://www.oaklandinstitute.org/land-deals-africa-senegal
- Walking On the South, "Les voix de Ndiaël", 27 février 2014 : http://tinyurl.com/VoicesOfNdiaelextFR
- CRAFS/GRAIN/Re:Common, "Qui est derrière Senhuile-Senéthanol?", 7 novembre 2013 : http://www.grain.org/e/4814

blog comments powered by Disqus