Le monde de l'élevage aux mains des multinationales

Quasiment ignorée du grand public, l'industrie mondiale de l'élevage est soumise à un processus extrêmement rapide de concentration. Les reprises et les accords de coopération entre entreprises se multiplient et la technologie évolue rapidement. Les demandes de brevets concernant le matériel génétique s'envolent et d'autres stratégies d'appropriation sont déployées avec ardeur. Au cœur d'une évolution qui ressemble étrangement à celle qu'a connue le marché mondial des semences, le secteur de la sélection animale, désormais re-baptisé « génétique de l'élevage » , est devenu le nerf de la guerre pour l'industrie et poursuit sa domination sur le monde de l'élevage. Avec leur opportunisme habituel, les géants de l'agro-industrie comme Monsanto arrivent sur le terrain.

Quasiment ignorée du grand public, l'industrie mondiale de l'élevage est soumise à un processus extrêmement rapide de concentration. Les reprises et les accords de coopération entre entreprises se multiplient et la technologie évolue rapidement. Les demandes de brevets concernant le matériel génétique s'envolent et d'autres stratégies d'appropriation sont déployées avec ardeur. Au cœur d'une évolution qui ressemble étrangement à celle qu'a connue le marché mondial des semences, le secteur de la sélection animale, désormais re-baptisé « génétique de l'élevage » , est devenu le nerf de la guerre pour l'industrie et poursuit sa domination sur le monde de l'élevage. Avec leur opportunisme habituel, les géants de l'agro-industrie comme Monsanto arrivent sur le terrain.

Des pasteurs mongols réclament leurs droits

 Dans le cadre du découpage du monde qui eut lieu après la seconde guerre mondiale, la Chine réussit à inclure dans sa sphère d’influence une région au Sud de la Mongolie qu’elle a appelée Mongolie intérieure. Quoique cette région soit aujourd’hui officiellement indépendante, elle est effectivement sous le contrôle chinois. Deux Mongols, Dorj Borjigin et Yangjain Tegusbagar, ont parlé à GRAIN des problèmes qu’ils rencontrent dans leur pays qu’ils appellent la Mongolie méridionale.

 Dans le cadre du découpage du monde qui eut lieu après la seconde guerre mondiale, la Chine réussit à inclure dans sa sphère d’influence une région au Sud de la Mongolie qu’elle a appelée Mongolie intérieure. Quoique cette région soit aujourd’hui officiellement indépendante, elle est effectivement sous le contrôle chinois. Deux Mongols, Dorj Borjigin et Yangjain Tegusbagar, ont parlé à GRAIN des problèmes qu’ils rencontrent dans leur pays qu’ils appellent la Mongolie méridionale.

L'élevage sous contrat et lindustrie de la volaille dans le monde

 Au cours des quarante dernières années, le monde a connu une augmentation considérable de la consommation de poulet, de porc et de bœuf. Seules les contraintes imposées dans leurs contrats de production à des centaines de milliers de paysans ont permis aux multinationales de la transformation de la viande de répondre à l’expansion gigantesque du marché des exportations. Cet article analyse l’élevage de volailles sous contrat dans deux grands pays producteurs, le Brésil et la Thaïlande.

 Au cours des quarante dernières années, le monde a connu une augmentation considérable de la consommation de poulet, de porc et de bœuf. Seules les contraintes imposées dans leurs contrats de production à des centaines de milliers de paysans ont permis aux multinationales de la transformation de la viande de répondre à l’expansion gigantesque du marché des exportations. Cet article analyse l’élevage de volailles sous contrat dans deux grands pays producteurs, le Brésil et la Thaïlande.

L'époque des virus - La politique des maladies animales émergentes dans le monde

Le monde entier est secoué par d’importants changements concernant les maladies animales. Nous allons devoir affronter encore davantage de maladies, des types de maladies plus mortelles et une capacité de propagation accrue. Nous sommes aussi face à une plus grande probabilité qu’émergent zoonoses et pandémies mondiales. Pourtant, la réponse internationale à cette situation nouvelle est très loin jusqu’à présent de refléter l’ampleur de la menace. Faute en est aux gouvernements qui n’ont pas la volonté de confronter les pouvoirs en place qui dominent l’élevage industriel, depuis les compagnies pharmaceutiques et leurs brevets jusqu’aux industriels de la viande et leurs élevages intensifs. 

Le monde entier est secoué par d’importants changements concernant les maladies animales. Nous allons devoir affronter encore davantage de maladies, des types de maladies plus mortelles et une capacité de propagation accrue. Nous sommes aussi face à une plus grande probabilité qu’émergent zoonoses et pandémies mondiales. Pourtant, la réponse internationale à cette situation nouvelle est très loin jusqu’à présent de refléter l’ampleur de la menace. Faute en est aux gouvernements qui n’ont pas la volonté de confronter les pouvoirs en place qui dominent l’élevage industriel, depuis les compagnies pharmaceutiques et leurs brevets jusqu’aux industriels de la viande et leurs élevages intensifs. 

Guerre bactériologique

Les maladies animales, la santé publique et le complexe militaro-industriel L'intégration globale grandissante du marché de la viande, et plus généralement celle des économies nationales,ont placé les maladies du bétail au centre des préoccupations internationales.

Les maladies animales, la santé publique et le complexe militaro-industriel L'intégration globale grandissante du marché de la viande, et plus généralement celle des économies nationales,ont placé les maladies du bétail au centre des préoccupations internationales.

La grippe aviaire dans l'Est de l'Inde : l'absurdité d'un massacre

Le carnage perpétré sur les volailles dans l’état indien du Bengale Occidental (qui borde la frontière ouest du Bangladesh) est le témoignage saisissant de l’échec de la réponse globale à la crise de la grippe aviaire. Cela fait maintenant des années que la souche H5N1 de la maladie a émergé et pourtant, aujourd’hui au Bengale Occidental, on constate que rien n’a changé. En un éclair, l’une des régions les plus dynamiques du monde de l’élevage de volaille a été pratiquement ruinée, une réserve inestimable de biodiversité a été effacée de la carte et le gagne-pain de millions de familles pauvres a été quasiment réduit à néant. Et ce n’est pas tant la grippe aviaire elle-même qui en est la cause, mais bien plutôt la façon dont les autorités ont répondu à l’épidémie. Le 15 janvier 2008, trois semaines après la confirmation officielle de la grippe et le début des opérations d’abattage de masse, 3,7 millions d’oiseaux, chiffre choquant, avaient été abattus.

Le carnage perpétré sur les volailles dans l’état indien du Bengale Occidental (qui borde la frontière ouest du Bangladesh) est le témoignage saisissant de l’échec de la réponse globale à la crise de la grippe aviaire. Cela fait maintenant des années que la souche H5N1 de la maladie a émergé et pourtant, aujourd’hui au Bengale Occidental, on constate que rien n’a changé. En un éclair, l’une des régions les plus dynamiques du monde de l’élevage de volaille a été pratiquement ruinée, une réserve inestimable de biodiversité a été effacée de la carte et le gagne-pain de millions de familles pauvres a été quasiment réduit à néant. Et ce n’est pas tant la grippe aviaire elle-même qui en est la cause, mais bien plutôt la façon dont les autorités ont répondu à l’épidémie. Le 15 janvier 2008, trois semaines après la confirmation officielle de la grippe et le début des opérations d’abattage de masse, 3,7 millions d’oiseaux, chiffre choquant, avaient été abattus.

A qui profite la recolte ? La politique de certification des semences biologiques

Ce dossier fournit la première vue d'ensemble globale des réglementations relatives aux semences en agriculture biologique et évalue de que ce type de réglementations signifie pour l'avenir de l'agriculture biologique et les millions d'agriculteurs qui la maintiennent.

Ce dossier fournit la première vue d'ensemble globale des réglementations relatives aux semences en agriculture biologique et évalue de que ce type de réglementations signifie pour l'avenir de l'agriculture biologique et les millions d'agriculteurs qui la maintiennent.

Une nouvelle révolution verte pour l'Afrique?

Depuis quelques temps déjà, on entend parler d'une Nouvelle Révolution Verte pour l'Afrique, car "La première Révolution Verte a raté l'Afrique" ou parce que "l'Afrique a raté la première Révolution Verte". Aujourd'hui, un nouveau projet, l'Alliance pour une Révolution Verte en Afrique, tente de mettre ce concept en application. Cet article a pour but de décrire ce que signifie réellement une Révolution Verte et pourquoi des projets de ce type n'ont pas fonctionné en Afrique auparavant pour les agriculteurs africains et pourquoi le nouveau programme AGRA ne pourra pas non plus marcher, afin d'aider à ce que les gens puissent prendre position aux niveaux locaux, nationaux et régionaux.

Depuis quelques temps déjà, on entend parler d'une Nouvelle Révolution Verte pour l'Afrique, car "La première Révolution Verte a raté l'Afrique" ou parce que "l'Afrique a raté la première Révolution Verte". Aujourd'hui, un nouveau projet, l'Alliance pour une Révolution Verte en Afrique, tente de mettre ce concept en application. Cet article a pour but de décrire ce que signifie réellement une Révolution Verte et pourquoi des projets de ce type n'ont pas fonctionné en Afrique auparavant pour les agriculteurs africains et pourquoi le nouveau programme AGRA ne pourra pas non plus marcher, afin d'aider à ce que les gens puissent prendre position aux niveaux locaux, nationaux et régionaux.

Non à la folie des agrocarburants !

On peut difficilement ouvrir un journal aujourd'hui sans tomber sur la promesse de la nouvelle ère débordante d'énergie verte dans laquelle l'humanité s'apprête à entrer. Même si les compagnies pétrolières continueront à pomper le pétrole encore longtemps, un consensus de plus en plus grand est en train d'émerger expliquant qu'il est grand temps de commencer à réduire la quantité de pétrole que nous brûlons, car c'est l'une des principales causes du changement climatique, de pollution de l'air et autres désastres environnementaux.

On peut difficilement ouvrir un journal aujourd'hui sans tomber sur la promesse de la nouvelle ère débordante d'énergie verte dans laquelle l'humanité s'apprête à entrer. Même si les compagnies pétrolières continueront à pomper le pétrole encore longtemps, un consensus de plus en plus grand est en train d'émerger expliquant qu'il est grand temps de commencer à réduire la quantité de pétrole que nous brûlons, car c'est l'une des principales causes du changement climatique, de pollution de l'air et autres désastres environnementaux.

Avec les accords de libre-échange, le Japon plonge ses griffes dans le coeur de la biodiversité

Le gouvernement japonais utilise de plus en plus les accords de libre-échange (ALE) pour resserrer le contrôle qu'ont les grandes entreprises sur les semences et d'autres formes de biodiversité, cruciales pour l'alimentation, l'agriculture et la médecine. Ainsi, les deux contrats signés ce mois-ci avec le Chili et l’Indonésie, placent le Japon dans la grande ligue des nations qui utilisent les accords bilatéraux pour abolir la conservation des semences fermières.

Le gouvernement japonais utilise de plus en plus les accords de libre-échange (ALE) pour resserrer le contrôle qu'ont les grandes entreprises sur les semences et d'autres formes de biodiversité, cruciales pour l'alimentation, l'agriculture et la médecine. Ainsi, les deux contrats signés ce mois-ci avec le Chili et l’Indonésie, placent le Japon dans la grande ligue des nations qui utilisent les accords bilatéraux pour abolir la conservation des semences fermières.

Déclaration à l'issue du 3ème Forum annuel de COPAGEN

Déclaration à l’issue du 3ème Forum annuel de COPAGEN à Conakry (Guinée), du 23 au 28 juillet 2007

Déclaration à l’issue du 3ème Forum annuel de COPAGEN à Conakry (Guinée), du 23 au 28 juillet 2007