Suite de l’article « Le travail de l’ASPSP pour la sauvegarde des variétés paysannes du mil », journal de la 4ème Foire de Djimini, 2014.

[Lire l'article complet]

Logé dans un immeuble de bureaux quelconque de l’Institut Ethiopien pour la diversité, se trouve une série de voûtes cryogéniques abritant la plus grande et la plus importante collection de semences de plantes en Afrique subsaharienne. Située dans la capitale Addis-Abeba, cette installation stocke les semences de plus de 62 000 variétés de plantes indigènes liées seulement à la production horticole.

 

[Lire l'article complet]

Semences de néo-colonialisme - Pourquoi les promoteurs d'OGM se trompent-ils sur l'Afrique ?

Alliance pour la Souveraineté Alimentaire en Afrique (AFSA) | 08 mai 2018 | semences & biodiversité

Le lobby des OGM montre des signes de désespoir. Une fois de plus, ils sont à l'offensive avec d’énormes efforts de relations publiques ciblant l'Afrique de l'Est, en particulier l'Ouganda, pour tenter de renverser la politique Africaine de développement à leurs propres fins. Leur objectif immédiat est d'affaiblir les lois nationales sur la biosécurité, supprimant ainsi tout obstacle à leur accès aux marchés africains pour leurs produits controversés à haut risque. Plus précisément, ils veulent supprimer les clauses de «responsabilité stricte» et ainsi éviter toute responsabilité; éviter d'avoir à payer une compensation pour tout dommage qu'ils font; éviter l'étiquetage afin que les Africains ne puissent savoir si leur nourriture est génétiquement modifiée; et éviter toute punition que les lois africaines peuvent imposer.

p.p1 {margin: 0.0px 0.0px 0.0px 0.0px; font: 12.0px Helvetica}

[Lire l'article complet] — [Télécharger la version PDF]

Le 28 février 2017, le président de la république du Sénégal a fait une déclaration en faveur de l’introduction des OGM, en s’appuyant sur le rapport de l'Académie nationale des sciences et techniques du Sénégal, ANSTS.

 

[Lire l'article complet]

En mars 2018, le ministère de la Santé du Canada a autorisé la mise sur le marché du controversé riz doré, génétiquement modifié pour produire du β-carotène que le corps humain transformera en vitamine A. L’Institut international de recherche sur le riz, à l’origine de cette demande, a déclaré que ce riz doré n’était pas destiné à la vente au Canada pour le moment. Une manière d’inciter les pays asiatiques à l’autoriser à leur tour ?

 

[Lire l'article complet]

Nous membres du Comité Ouest Africain des Semences Paysannes (COASP), nous, paysannes et paysans, représentantes et représentants des organisations paysannes, de la société civile, des instituts de recherche nationaux et internationaux, venu‐e­‐s de 8 pays d’Afrique de l’Ouest et de 3 pays d’Europe, nous sommes réuni­‐e­‐s du 5 au 7 mars 2018 pour la 6ème édition de la foire ouest africaine des semences paysannes de Djimini.

[Lire l'article complet] — [Télécharger la version PDF]

Ottawa, le 20 mars 2018 – Santé Canada vient d’approuver le « riz doré » génétiquement modifié (GM) enrichi en vitamine A même si ce dernier n’est pas destiné à la vente au Canada et n’a pas encore été approuvé par les organismes de règlementation des marchés visés.

[Lire l'article complet]

Un entretien avec Justus Lavi Mwololo, Secrétaire Général National du Forum des petits agriculteurs du Kenya, sur les semences et les accords de libre échange.

[Lire l'article complet]

6ème édition de la Foire Ouest Africaine de Semences Paysannes

Association Sénégalaise des Producteurs de Semences Paysannes (ASPSP) et Comité Ouest Africain des Semences Paysannes (COASP) | 18 octobre 2017 | semences & biodiversité | Sénégal

L’Association Sénégalaise des producteurs de Semences Paysannes (ASPSP) et le Comité Ouest Africain de Semences Paysannes (COASP) ont le plaisir de vous annoncer de la tenue de la sixième édition de la foire régionale des semences paysannes. Comme les cinq (05) éditions précédentes, elle se tiendra à Djimini, village situé au Sud du Sénégal dans le département de Vélingara, région de Kolda. La foire aura lieu pendant trois jours du 05 au 07 Mars 2018.

[Lire l'article complet] — [Télécharger la version PDF]

L’accès et le choix des semences, mais aussi la possibilité de les produire, conserver, utiliser, échanger et vendre sont donc des enjeux majeurs pour les paysan-ne-s. Pourtant, un nombre croissant d’agriculteurs et d’agricultrices est aujourd’hui privé de ces droits au profit de puissantes multinationales semencières.

[Lire l'article complet]

Pays