L’accès et le choix des semences, mais aussi la possibilité de les produire, conserver, utiliser, échanger et vendre sont donc des enjeux majeurs pour les paysan-ne-s. Pourtant, un nombre croissant d’agriculteurs et d’agricultrices est aujourd’hui privé de ces droits au profit de puissantes multinationales semencières.

[Lire l'article complet]

Pendant plusieurs décennies, d’innombrables habitants des zones rurales d’Afrique ont rejoint les centres urbains, attirés par la perspective d’une vie meilleure. Dans la région sénégalaise de Fouladou, une initiative locale qui vise à améliorer la viabilité de l’agriculture tente d’inverser cette tendance, en mettant l’accent sur les semences.

[Lire l'article complet]

Environ 130 personnes venues d'une trentaine de pays ont participé aux deuxièmes Rencontres Internationales des Résistances (RIR) aux OGM.

[Lire l'article complet]

A l’occasion de la 3ème édition de la foire nationale des semences paysannes organisée par l’Union des Collectivités de Tattaguine en collaboration avec l’Association Sénégalaise des Producteurs de Semences Paysannes à Dioral (région de Fatick), 310 participants se sont réunis sous le thème « Cultivons l’autonomie semencière ».

[Lire l'article complet] — [Télécharger la version PDF]

Jean-Paul Sikeli de la Coalition pour la Protection du Patrimoine Génétique Africain (COPAGEN) présente la situation actuelle des semences en Afrique de l'Ouest

[Lire l'article complet]

CETA, la porte ouverte aux OGM

Les Amis de la Terre France | 12 janvier 2017 | semences & biodiversité, lois et politiques

Les promoteurs du CETA prétendent que celui-ci ne remettra pas en cause les normes européennes : voici pourtant comment ce traité de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne pourrait changer la donne concernant les OGM en Europe. Le Parlement européen s’apprête à ratifier début février le traité de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne, le CETA, qui pourrait entrer en vigueur de façon « provisoire » dès le mois de mars. Le mécanisme de coopération réglementaire prévu dans le CETA est une des menaces que ce traité fait peser sur la protection de l’environnement et la santé publique. 

[Lire l'article complet]

Face à une agriculture industrielle aux effets dévastateurs pour la santé et l’environnement, l’agroécologie se pose en rempart. Ce système de production agricole sans intrants chimiques (engrais, pesticides, herbicides), et qui valorise les potentialités écologiques, économiques et sociales d’un territoire, est une solution pour nourrir sainement et durablement la planète. A la cérémonie d’ouverture de la première édition du cours régional Afrique francophone sur l’agroécologie, ce lundi 5 décembre 2016 à Cotonou au Bénin, René Segbenou, président de Jinukun a indiqué que l’agroécologie peut permettre de juguler la famine.

[Lire l'article complet]

L'Afrique reçoit moins de 10 % des pesticides utilisés dans le monde mais le continent totalise la moitié des empoisonnements liés à ces produits qui sont aussi à l'origine de graves problèmes sanitaires. La Coalition pour la défense du patrimoine génétique africain (Copagen) sonne l'alerte. Elle prône le retour à l'agro-écologie, plus conforme à la durabilité des ressources

[Lire l'article complet]

L’objectif principal du cours régional d’agroécologie pour l’Afrique francophone est de contribuer à la transition des systèmes de production agricoles sur le continent, de l’agriculture conventionnelle à tendance industrielle vers l’agroécologie, y compris le ocntrôle des semences par les paysans. Pour atteindre cet objectif, il ne suffira pas de renforcer les connaissances des participants, mais il faudra, en plus, créer les conditions pour qu’ils deviennent des acteurs du changement. Ceci suppose une réelle immersion dans la réalité à changer, une réflexion critique personnelle qui conduit à un engagement personnel pour des initiatives de changement individuelles et collectives, qui doivent viser la promotion et l’intégration de l’agroécologie dans les politiques agricoles aux plans national et régional en Afrique francophone.

[Lire l'article complet]

La commission Agriculture et alimentation de Coordination SUD, membre du Collectif français pour les droits des paysans, organise l’atelier « Peut-on concilier le droit des paysans aux semences et les droits de propriété intellectuelle ? »  le 12 octobre 2016 à Paris pour approfondir, avec les principaux acteurs concernés, la réflexion sur les questions de semences et de propriété intellectuelle des paysans.

[Lire l'article complet]

Pays