Plus

 

La multinationale annonce son intention de sortir du pays suite à l’annulation de son allocation de terres. Karuturi est l’un des premiers investisseurs étrangers à louer des terres en Éthiopie.

Au fur et à mesure qu’elle prépare sa sortie de la Corne de l’Afrique, Karuturi Global Ltd, une multinationale indienne du secteur de la floriculture, exige une compensation au gouvernement éthiopien pour une série d’affaires foncières ratées.

La multinationale a écrit une lettre au Premier ministre Hailemariam Desalegn en accusant l’État de nationaliser ses investissements agricoles et exigea une réparation « adéquate et appropriée ». La lettre, écrite le 20 septembre, a été envoyée par courriel à Bloomberg par le directeur général de Karuturi, Sai Ramakrishna Karuturi. 

« Nous sommes fatigués et abattus, nous souhaitons sortir d’Éthiopie », affirmait Karuturi dans sa lettre, en référence à la décision du gouvernement « d’annuler unilatéralement et illégalement notre licence d’investissement et commerce ». Dans sa missive, la multinationale demandait également à Hailemariam de lui permettre de réexporter tout son équipement. 

Karuturi, basé à Bangalore, en Inde, fut l’un des premiers investisseurs étrangers à louer des terres en Éthiopie. À cette époque, suite à l’identification de 3,3 millions d’hectares se prêtant à l’agriculture commerciale, le gouvernement avait offert des incitatifs fiscaux pour attraire l’investissement. Cependant, il y a deux ans, le gouvernement annula la location des terres de Karuturi estimant que l’entreprise n’avait pas développé les terres de façon adéquate. 

En décembre 2015, l’Agence des investissements fonciers du Ministère de l’agriculture notifia à Karuturi que son attribution de terres était annulée au vu du fait que seuls 1,200 hectares avaient été développées. Karuturi contesta les constatations de l’État. 

Karuturi a également adressé une lettre à l’Ambassadeur d’Éthiopie, Anurag Srivastava, en l’informant de la décision de l’entreprise de partir du pays, selon la correspondance électronique que Karuturi a envoyée à Bloomberg. 

Le ministre de l’information éthiopien, Negeri Lencho, a renvoyé les demandes de commentaires à la Commission éthiopienne de l’investissement, dont le directeur Fitsum Arega, a dit qu’il reviendrait sur le dossier plus tard.

Source: Bloomberg

 

blog comments powered by Disqus

Pays