L’expansion de Daewoo dans l’agrobusiness à l’étranger Download PDF Boîte à outils

Boîte à outils

Auteur: GRAIN, Collectif TANY, Yayasan Pusaka
Date: 28 mai 2018
Traductions: Español et English
URL raccourcie: /e/5954

Télécharger la version PDF (1,6 Mo)

Imprimer



GRAIN, Collectif TANY, Yayasan Pusaka | 28 mai 2018 | A contre-courant, Entreprises & commerce

 

Des activistes sud-coréens manifestent contre la destruction de la forêt tropicale par le conglomérat coréen Posco Daewoo. Photo : Newsis 2017.

Il y a dix ans, les journaux du monde entier se faisaient l’écho d’une histoire choquante : une filiale de Daewoo Logistics, Madagascar Future Enterprise Corp., était en train de négocier avec le gouvernement de Madagascar un bail de 99 ans pour 1,3 million d’hectares de terre arable, presque la moitié des terres arables du pays. La société prévoyait de cultiver du maïs et des palmiers à huile dans quatre régions de l’île pour les renvoyer en Corée du Sud où ils serviraient à la production d’aliments pour animaux et de biocarburant. Aujourd’hui on a oublié la faillite de Daewoo Motors en 1999 et l’entreprise sud-coréenne Daewoo, l’un des plus grands conglomérats mondiaux, continue à étendre un empire économique fondé sur l’industrie et le commerce aussi bien que sur les ressources naturelles comme le pétrole et le gaz, les minéraux et l’alimentation.

En 2010, après la fusion avec l’un des plus grands producteurs d’acier sud-coréens, POSCO, Daewoo International commence à collaborer avec la Korea Rural Community Corporation, une entreprise publique établie en 2000 pour développer des sources d’alimentation pour la Corée du Sud à l’étranger. En septembre 2011, Posco Daewoo se lance dans l’industrie du palmier à huile en Indonésie, ciblant avec les premiers investissements une province politiquement difficile, la Papouasie. La Papouasie est la dernière frontière du palmier à huile industriel en Indonésie. Depuis 2005, le nombre de plantations de palmiers en exploitation dans cette province a augmenté à une vitesse stupéfiante. Avant 2005, il n’y avait dans la région que sept plantations en activité. En 2014, plus de 21 entreprises de palmiers à huile y étaient installées et quelque 20 autres étaient sur le point d’obtenir leur permis d’exploitation.[1]

Sur son site, Daewoo déclare disposer d’une vaste concession de 34,195 hectares de palmiers à huile, plus des usines, sous le nom de sa filiale de Papouasie, PT Bio Inti Agrindo (PT BIA). L’objectif est de terminer complètement la plantation d’ici 2018 et d’aller plus loin, en mettant en place des outils de production et de vente de produits alimentaires dérivés de l’huile. Mais sur le terrain on constate que Daewoo contrôle une superficie de plantations plus étendue que ce qui est annoncé publiquement sur son site : la multinationale contrôle en réalité 36,401 hectares. Gérée par PT BIA, la plantation de palmier à huile est située dans le district de Merauke en Papouasie ; l’exploitation a démarré en 2012.[2]

Problèmes en Papouasie…

De nombreuses plaintes ont été déposées contre les filiales de Daewoo en Papouasie. Dans son rapport de durabilité, PT BIA prétend être en conformité avec les lois indonésiennes interdisant de brûler durant les activités d’aplanissement du terrain.[3] Mais les communautés locales et Global Forest Watch (GFW) [plateforme de surveillance mondiale des forêts] ont un avis différent sur la question. Les preuves collectées dans toute l’Indonésie par GWF pendant les feux de forêts massifs de 2015 montrent des concentrations de feux autour et au sein de la concession de palmiers à huile de PT BIA.[4]

Outre ces feux illicites, certains soulignent que Daewoo manque à ses obligations vis-à-vis des communautés expulsées. La multinationale est également accusée de ne pas respecter les normes quand il s’agit de faire un rapport des conditions de travail dans les plantations. Depuis 2012, PT BIA défriche des terres forestières dans la région d’Iltadeh à Ulilin dans le district de Merauke, sans le consentement de la communauté autochtone des Mahuze Kewam à qui appartient cette terre. L’entreprise affirme avoir payé 375 millions de roupies (environ 26 000 dollars US) mais le paiement a été versé aux habitants d’un autre village qui n’étaient pas les propriétaires. PT BIA a alors accordé une compensation de 92 400 roupies (environ 6 400 dollars US) à la communauté des Mahuze Kewam et a promis une autre compensation, mais sans contrat faisant référence à la superficie, la durée de la concession, le montant ou le calendrier de cette compensation. Ces promesses n’ont jamais été tenues.[5] De plus en 2015 et 2016, la communauté a, à plusieurs reprises, fait état d’actes de violence de la part des soldats chargés de la sécurité de la plantation de PT BIA. Les gardes ont tiré vers les villageois alors que ceux-ci avaient bloqué l’entrée de la plantation.

…et à Madagascar

PT BIA a été créé en 2006. Son siège est à Jakarta, en Indonésie et depuis 2011, l’entreprise fonctionne en tant que filiale de Daewoo International Corp. PT BIA gère des réseaux et diverses activités à Madagascar[6] et des cadres importants de Posco, comme Oh-Joon Kwon, son PDG et président, dirigent aussi PT BIA. Ceci montre que Daewoo s’intéresse toujours aux activités d’agrobusiness à Madagascar, par le biais de sa filiale indonésienne, comme le constatait un rapport datant de 2013.[7] Selon TANY, une organisation malgache de défenseurs des terres, le fait que la Corée du Sud ait installé une ambassade à Madagascar en juillet 2017 confirme l’intention du gouvernement de relancer le projet. Le rapport de 2013 soulignait également la force des liens qui unissent le groupe Daewoo et le gouvernement sud-coréen. C’est pourquoi le collectif TANY a écrit une lettre ouverte à l’Ambassadeur de Corée à Madagascar, Kim Kwon-il, en janvier 2018[8], demandant ce qu’il en était du projet agricole de 2008 et ce qui a été promis en échange des nombreux « cadeaux » et investissements sud-coréens concernant d’autres projets à Madagascar, dans le secteur des mines, de l’agriculture, de la pêche ou de l’énergie renouvelable.

Carte montrant les projets d’agrobusiness de Daewoo en cours dans divers pays.

Recherche de sources d’approvisionnement alimentaire en Ukraine et au Myanmar

Pour Daewoo, l’expansion dans l’agroalimentaire ne se limite pas aux activités agricoles. Le cœur des activités de l’entreprise reste le commerce et Daewoo s’emploie aussi à mettre en place des installations pour la distribution des céréales, notamment des silos, des terminaux pour l’exportation, des usines de transformation des céréales et des complexes de transformation du riz, pour quatre produits alimentaires majeurs : le blé, le maïs, le soja et le riz. Daewoo est devenu membre du Grain and Feed Trade Association [GAFTA, l’Association commerciale des céréales et des aliments pour animaux] en 2015, et de la Federation of Oils, Seeds and Fats Associations [FOSFA, la Fédération des associations des huiles, graines et graisses] en 2016, pour continuer à consolider ses activités commerciales alimentaires.

La multinationale possède deux grandes usines de transformation de céréales, une au Myanmar et l’autre en Ukraine. Le Myanmar s’est révélé un élément-clé de l’essor économique de Daewoo depuis que l’entreprise s’est relevée de sa faillite de 1999 et a découvert un gisement de gaz offshore dans le pays en 2004. En 2017, Daewoo a reçu l’approbation du gouvernement du Myanmar pour la construction et l’exploitation d’un complexe de transformation du riz.

Grâce à un investissement de 21 millions de dollars US, Posco Daewoo prévoit de construire et d’exploiter le complexe qui aura une capacité de transformation allant jusqu’à 100 000 tonnes par an, à Twante, une ville en bord de rivière située entre le port commercial de Yangon (Rangoun) et l’importante zone rizicole de la région d’Ayeyarwady. Dans un communiqué de presse, l’entreprise explique que le projet lui permettra de cultiver et d’exporter du riz Indica principalement vers l’Europe, le Moyen-Orient, la Chine et la Russie.[9] Toutefois, l’entreprise refuse de révéler la superficie totale du complexe de Twante ; elle ne dit pas non plus où ni comment elle va s’approvisionner en riz.

En 2017, Posco Daewoo a aussi poursuivi son expansion dans l’agrobusiness en investissant 3 millions de dollars US dans la construction d’un terminal pour céréales au port de Chornomorsk, en Ukraine. Chornomorsk se trouve sur le rivage nord-ouest de la Mer noire, dans le sud-ouest de la province d’Odessa. Un protocole d’accord avec Fedcom Invest, un des gros producteurs de céréales ukrainiens, dont le volume commercial excède le million de tonnes, a permis de consolider l’approvisionnement en céréales en Ukraine. Cette activité est considérée comme une contribution à la sécurité alimentaire nationale de la Corée du Sud, en ce sens qu’elle permet d’augmenter les importations alimentaires dans le pays.[10] Fedcom Invest serait impliqué dans un scandale de corruption lié à la State Food and Grain Corporation of Ukraine [entreprise d’État pour l’alimentation et les céréales] qui a provoqué le gel des avoirs ukrainiens du président de l’entreprise, Alekszej Fedoricsev, par le Bureau anti-corruption ukrainien. Cependant, en mai 2017, le juge a décidé d’annuler le gel des avoirs du PDG de Fedcom Invest. Contacté à propos du projet de broyage des céréales, Posco Daewoo a répondu, à Séoul aussi bien qu’à Kiev, que les détails de leurs investissements actuels en Ukraine étaient un secret d’affaires et ne pouvaient donc être révélés au public, mais que de nouvelles décisions seraient annoncées d’ici la fin de l’année.[11]

Limite entre la plantation de palmiers à huile PT.BIA de Posco Daewoo et la forêt existante en Papouasie (Indonésie). Photo : Mighty Earth 2016.

Daewoo n’avait jusqu’à récemment rien à voir avec l’agriculture, mais il est clair que l’entreprise cherche désormais à multiplier les bénéfices dans ce secteur. Plusieurs facteurs semblent encourager les plans d’expansion de la multinationale. Depuis le lancement du Plan global sud-coréen pour le développement de l’agriculture à l’étranger en 2012[12], le gouvernement de Corée du Sud ne s’est guère soucié de la manière dont les entreprises coréennes comme Daewoo opèrent à l’étranger. De fait les mesures restrictives émanant du gouvernement se font remarquer par leur absence.

Qui plus est, soutenir la sécurité alimentaire nationale en augmentant les importations alimentaires porte un coup sévère aux petits paysans sud-coréens eux-mêmes. En janvier 2018, l’un des PDG de Posco Daewoo a déclaré aux médias que l’entreprise considère l’industrie alimentaire comme l’un de ses objectifs[13]. Quelques médias sud-coréens[14] présentent de manière positive le fait que Posco Daewoo développe de futures sources d’approvisionnement alimentaire à l’étranger, mais ne font jamais allusion aux effets nocifs que cela peut avoir pour les paysans et les communautés qui vivent sur place en Indonésie, à Madagascar, au Myanmar ou en Corée même.

Daewoo : de la faillite aux conglomérats sud-coréens

Le groupe Daewoo [Daewoo Group], établi en 1967, est devenu le deuxième chaebol (conglomérat) de Corée du Sud. Comme beaucoup d’autres multinationales asiatiques, Daewoo a beaucoup souffert de la crise financière asiatique de 1997 et s’est déclaré en faillite en 1999. Cet encadré montre l’évolution du groupe Daewoo après 1999, quand l’entreprise est revenue en force après avoir découvert des gisements de gaz offshore au Myanmar, puis diversifié son portefeuille. [15]] (Les entrées surlignées correspondent aux intérêts commerciaux de Daewoo en matière de ressources agricoles).

2000 : Création de la Daewoo International Corporation après scission avec Daewoo Corporation
2004 : Découverte du gisement de gaz offshore Myanmar A-1. Déclaration de ventes de plus de 5 000 milliards de won coréens (soit environ 4,5 milliards de dollars US)
2006 : Découverte du gisement de gaz offshore Myanmar A-3
2008 : Conclusion d’un contrat de vente du gaz issu du gisement offshore du Myanmar. Le seuil de 10 000 milliards de won coréens (environ 9 milliards de dollars US) de ventes est dépassé.
2009 : Déclaration de viabilité commerciale pour le développement du gisement de gaz offshore du Myanmar
2010 : Incorporation dans le Groupe POSCO
2011 : Acquisition des droits d’exploration du gisement East Sea 6-1.
L’entreprise se lance dans la plantation de palmiers à huile en Indonésie.
2012
 : Obtention d’un contrat pour l’amélioration du General Hospital H. Adam Malik en Indonésie.
Début de la production de charbon bitumineux à Narrabri, en Australie.
Contrat pour une centrale électrique à cycle combiné d’une valeur de 1,06 milliards de dollars US en Algérie.
2013 : Contrat pour une centrale électrique à cycle combiné de 820 millions de dollars US en Ouzbékistan. Début de la production du gisement de gaz birman.
Conclusion d’un contrat pour la construction d’un gratte-ciel, la Northeast Asia Trade Tower (NEATT) à Songdo. Célébration d’une cérémonie pour fêter la production de gaz offshore du Myanmar.
Prise de participation de 50 % dans un projet de production de pétrole de réservoir compact (tight oil) au Canada.
2014 : Contrat pour un projet électrique indépendant de 60 MW en Papouasie-Nouvelle-Guinée.
Accord d’un contrat de 1,4 milliard de dollars US pour construire une centrale électrique à cycle combiné en Algérie.
Démarrage de la construction d’un hôtel au Myanmar.
La barre des 20 000 milliards de won coréens de ventes est dépassée (après consolidation).
2015 : Création de la branche du Panama.
Devient membre de la Grain and Feed Trade Association [GAFTA].
Contrat avec la Police royale de Papouasie-Nouvelle-Guinée pour la construction d’un réseau de communications et l’installation de caméras de surveillance CCTV.
Contrat avec GM Ouzbékistan pour fournir des pièces automobiles.
2016 : Entrée à la Federation of Oils, Seeds and Fats Associations Ltd. [FOSFA]
Changement du nom de l’entreprise en POSCO DAEWOO.
Contrat conclu avec le gouvernement péruvien pour fournir des véhicules de patrouille intelligents.
Contrat conclu avec des fabricants américains de lampes solaires pour fournir des modules solaires de 30 MW.
Contrat conclu avec la plus grande chaîne de produits pharmaceutiques du Royaume-Uni, Boots UK Limited, pour commercialiser dans ses magasins des produits cosmétiques coréens.
2017 : Obtention d’un accord pour investir dans une usine de transformation de céréales au Myanmar.
Fusion avec l’unité de production d’acier POSCO P&S.
Obtention des droits d’exploration dans le Deep Sea Block DS-12 au Bangladesh.
Passation d’un contrat avec le National Grid UK pour fournir 50 milliards de won coréens de transformateurs.
Passation d’un contrat avec le gouvernement birman pour fournir 200 bus scolaires.
Ouverture du Centre d’expositions coréen à Yiwu, en Chine.


Références

[1] Y.L. Franky and Selwyn Moran. Papua Oil Palm Atlas. 2015. Pusaka and Awas MIFEE https://awasmifee.potager.org/?p=1205

[2] Kabupaten Merauke. Izin lokasi Kabupaten Merauke kepada PT Bio Inti Agrindo untuk keperluan perkebunan kelapa sawit di Distrik Ulilin, Kabupaten Merauke. No. 258/tahun 2010.

[3] PT. BIA Environmental and Social Report 2016. http://www.daewoo.com/eng/foodResource.do

[4] Pusaka. 2015. Titik Api di Lahan Perusahaan Perkebunan Kelapa Sawit Papua. http://pusaka.or.id/2015/10/titik-api-di-lahan-perusahaan-perkebunan-kelapa-sawit-papua/

[5] Pusaka. PT. BIA Tidak Memenuhi Kewajibannya. 2014. http://pusaka.or.id/2014/08/pt-bia-tidak-memenuhi-kewajibannya/

[7] “Korean diplomacy sees new opportunity in Madagascar”, Korea Herald, 17 February 2013, http://www.koreaherald.com/view.php?ud=20130217000341

[8] Lettre ouverte à son Excellence Monsieur Lim Sang-woo, ambassadeur de la République de Corée du Sud à Madagascar http://terresmalgaches.info/spip.php?article200

[11] GRAIN communication with Posco Daewoo in Seoul on 13 April 2018 and with Posco Daewoo in Ukraine on 17 April 2018.

[12] South Korea Ministry for Food, Agriculture, Forestry and Fisheries. September 2012. South Korea Comprehensive Plan for Overseas Agricultural Development. Translated by ISC.

[13] Song su-hyun. January 2018. Posco Daewoo to focus on steel, gas and grains. Korea Herald. http://www.koreaherald.com/view.php?ud=20180126000678

[14] Ben Jackson. 2017. Meet the S. Korean Companies Destroying Indonesia’s Virgin Rainforest   https://www.koreaexpose.com/south-korean-companies-destroying-indonesia-virgin-rainforest/

 

 

blog comments powered by Disqus