Communiqués de presse

Sur cette page, vous trouverez les communiqués de presse que GRAIN a publié cette année

Des communautés de la RD Congo sous pression pour céder leurs droits fonciers à une société contrôlée par des banques de développement

Ces derniers jours, Feronia Inc., une entreprise Canadienne détenue en majorité par des banques de développement européenne et américaines, met une pression énorme sur les communautés locales afin qu’elles signent un cahier des charges qui approuverait la poursuite et l'expansion de l’exploitation des plantations de palmiers à huile de l’entreprise au sein de leurs territoires. En dépit de graves pressions et intimidations, les communautés ont rejeté le cahier des charges et font appellent au soutien international afin que Feronia respectent cette décision.

Ces derniers jours, Feronia Inc., une entreprise Canadienne détenue en majorité par des banques de développement européenne et américaines, met une pression énorme sur les communautés locales afin qu’elles signent un cahier des charges qui approuverait la poursuite et l'expansion de l’exploitation des plantations de palmiers à huile de l’entreprise au sein de leurs territoires. En dépit de graves pressions et intimidations, les communautés ont rejeté le cahier des charges et font appellent au soutien international afin que Feronia respectent cette décision.

Des manifestants bloquent l’AG de Bolloré et dénoncent ses investissements agricoles en Afrique

Vendredi 3 juin, des ressortissants africains, des associations et des syndicats perturbent l’assemblée générale du groupe Bolloré à Puteaux. Ils portent la voix d’un mouvement de milliers de paysans privés de leurs terres par les plantations industrielles de palmiers à huile et d’hévéas qui, depuis mercredi,  bloquent les usines et occupent les plantations au Cameroun, en Côte d’Ivoire, au Liberia et en Sierra Leone.

Vendredi 3 juin, des ressortissants africains, des associations et des syndicats perturbent l’assemblée générale du groupe Bolloré à Puteaux. Ils portent la voix d’un mouvement de milliers de paysans privés de leurs terres par les plantations industrielles de palmiers à huile et d’hévéas qui, depuis mercredi,  bloquent les usines et occupent les plantations au Cameroun, en Côte d’Ivoire, au Liberia et en Sierra Leone.

« Actionnaires de SOCFIN : Arrêtez les accaparements de terres ! » Les citoyens demandent à la SOCFIN de respecter les droits des communautés locales

Ce mercredi 1 juin à 10h, des citoyens et représentants d’organisations belges, françaises et luxembourgeoises ont interpellé les actionnaires du groupe belgo-luxembourgeois SOCFIN lors de son Assemblée générale. Ils ont mené une action de protestation en solidarité des communautés affectées, en Afrique et Asie, par les accaparements de terres de la firme agro-industrielle. Après plusieurs requêtes auprès des dirigeants de l’entreprise, les citoyens et les organisations en appellent aux actionnaires du groupe pour faire respecter les droits fondamentaux et les droits fonciers des communautés locales. Des actions similaires ont également été menées par les communautés dans plusieurs plantations du groupe.

Ce mercredi 1 juin à 10h, des citoyens et représentants d’organisations belges, françaises et luxembourgeoises ont interpellé les actionnaires du groupe belgo-luxembourgeois SOCFIN lors de son Assemblée générale. Ils ont mené une action de protestation en solidarité des communautés affectées, en Afrique et Asie, par les accaparements de terres de la firme agro-industrielle. Après plusieurs requêtes auprès des dirigeants de l’entreprise, les citoyens et les organisations en appellent aux actionnaires du groupe pour faire respecter les droits fondamentaux et les droits fonciers des communautés locales. Des actions similaires ont également été menées par les communautés dans plusieurs plantations du groupe.

Stop à la criminalisation des défenseurs des droits humains et de l’environnement ! Libérez les prisonniers politiques éthiopiens !

Un an après leur arrestation le 15 mars 2015, trois défenseurs du droit à l’alimentation, du droit à la terre et des droits humains continuent à croupir dans une prison éthiopienne. Après plusieurs audiences, l’accusation n’est toujours pas parvenue à présenter de preuves étayant l’allégation fallacieuse de « terrorisme » dans le cadre de la loi antiterroriste très controversée qu’a adoptée l’Éthiopie. Une séance prévue pour le 1er mars a de nouveau été ajournée et repoussée au 15 mars, car les témoins ne s’étaient pas présentés au tribunal.

Un an après leur arrestation le 15 mars 2015, trois défenseurs du droit à l’alimentation, du droit à la terre et des droits humains continuent à croupir dans une prison éthiopienne. Après plusieurs audiences, l’accusation n’est toujours pas parvenue à présenter de preuves étayant l’allégation fallacieuse de « terrorisme » dans le cadre de la loi antiterroriste très controversée qu’a adoptée l’Éthiopie. Une séance prévue pour le 1er mars a de nouveau été ajournée et repoussée au 15 mars, car les témoins ne s’étaient pas présentés au tribunal.

L'avenir de l'alimentation mondiale sous l’emprise des multinationales aux Nations unies

Juste au moment où les entreprises de biotechnologie qui fabriquent les semences transgéniques renforcent leur contrôle du commerce mondial, la FAO leur offre une tribune pour appuyer leur vision. A l’ouverture aujourd’hui du symposium international de trois jours sur les biotechnologies agricoles organisé par la FAO (organisations des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture) à Rome, plus de 100 organisations de la société civile et du mouvement social de quatre continents ont publié une déclaration qui dénonce à la fois la substance et la structure de la réunion, qui semble être une nouvelle tentative des multinationales agroalimentaires de diriger les politiques de l’agence des Nations unies vers le soutien aux cultures et au bétail génétiquement modifiés.

Juste au moment où les entreprises de biotechnologie qui fabriquent les semences transgéniques renforcent leur contrôle du commerce mondial, la FAO leur offre une tribune pour appuyer leur vision. A l’ouverture aujourd’hui du symposium international de trois jours sur les biotechnologies agricoles organisé par la FAO (organisations des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture) à Rome, plus de 100 organisations de la société civile et du mouvement social de quatre continents ont publié une déclaration qui dénonce à la fois la substance et la structure de la réunion, qui semble être une nouvelle tentative des multinationales agroalimentaires de diriger les politiques de l’agence des Nations unies vers le soutien aux cultures et au bétail génétiquement modifiés.

Emprisonnement en Sierra Leone, procès de journalistes en France, les voix critiques contre Bolloré réduites au silence

A la veille d'un nouveau procès intenté par Bolloré contre des journalistes de médias français, des organisations dénoncent l’emprisonnement le 5 février de 6 leaders des communautés locales affectées par les investissements de la SAC, une filiale de Socfin, société liée au groupe Bolloré.

A la veille d'un nouveau procès intenté par Bolloré contre des journalistes de médias français, des organisations dénoncent l’emprisonnement le 5 février de 6 leaders des communautés locales affectées par les investissements de la SAC, une filiale de Socfin, société liée au groupe Bolloré.

La société civile internationale alarmée par la condamnation du défenseur camerounais de l’environnement et des droits humains

Communiqués de presse, Yaoundé, le 5 novembre 2015 Les autorités camerounaises doivent cesser la répression du défenseur de l'environnement et des droits humains ; selon une coalition internationale de six organisations environnementales et de défense des droits humains, y compris Greenpeace Afrique, l’Agence Environnementale d’Investigation (EIA), GRAIN, Fern, Oakland Institute et SAVE.

Communiqués de presse, Yaoundé, le 5 novembre 2015 Les autorités camerounaises doivent cesser la répression du défenseur de l'environnement et des droits humains ; selon une coalition internationale de six organisations environnementales et de défense des droits humains, y compris Greenpeace Afrique, l’Agence Environnementale d’Investigation (EIA), GRAIN, Fern, Oakland Institute et SAVE.

Communiqué de presse: Les « Exxon de l'agriculture »

Selon un nouveau rapport de GRAIN, les fabricants d'engrais figurent parmi les principaux ennemis du climat au niveau mondial. Leurs produits pourraient être responsables de près de 10 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES), sans parler des dommages entraînés pour les cours d'eau, les sols et la couche d'ozone. Mais les politiques visant à sevrer l'agriculture de sa dépendance actuelle vis-à-vis des engrais chimiques sont actuellement affaiblies par les efforts du lobby de l'industrie des engrais.

Selon un nouveau rapport de GRAIN, les fabricants d'engrais figurent parmi les principaux ennemis du climat au niveau mondial. Leurs produits pourraient être responsables de près de 10 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES), sans parler des dommages entraînés pour les cours d'eau, les sols et la couche d'ozone. Mais les politiques visant à sevrer l'agriculture de sa dépendance actuelle vis-à-vis des engrais chimiques sont actuellement affaiblies par les efforts du lobby de l'industrie des engrais.

Communiqué de presse : Au Sénégal, l'accaparement des terres est sur le point d'imploser

Un nouveau rapport, établi par des chercheurs italiens, montre que le projet controversé de Senhuile, au Sénégal, est au bord de l'effondrement. Le projet a provoqué une résistance farouche des communautés affectées par le projet qui s'est soldée par six décès.

Un nouveau rapport, établi par des chercheurs italiens, montre que le projet controversé de Senhuile, au Sénégal, est au bord de l'effondrement. Le projet a provoqué une résistance farouche des communautés affectées par le projet qui s'est soldée par six décès.

Communiqué de presse : Agro-colonialisme au Congo

Plusieurs grandes institutions financières de développement (IFD) financent actuellement Feronia Inc., une société agroalimentaire canadienne accusée d'accaparement des terres et de violations des droits humains en République démocratique du Congo (RDC).

Plusieurs grandes institutions financières de développement (IFD) financent actuellement Feronia Inc., une société agroalimentaire canadienne accusée d'accaparement des terres et de violations des droits humains en République démocratique du Congo (RDC).

Communiqué de presse : Les lois semencières qui criminalisent les paysans

Les semences paysannes, base de la production alimentaire, sont attaquées de toutes parts. Dans de nombreux pays, les lois votées sous pression des grandes entreprises limitent de plus en plus l'utilisation que les paysans peuvent faire de leurs semences. La conservation et la réutilisation des semences, une pratique millénaire à base de l'agriculture, est ainsi rapidement devenue une pratique criminelle.

Les semences paysannes, base de la production alimentaire, sont attaquées de toutes parts. Dans de nombreux pays, les lois votées sous pression des grandes entreprises limitent de plus en plus l'utilisation que les paysans peuvent faire de leurs semences. La conservation et la réutilisation des semences, une pratique millénaire à base de l'agriculture, est ainsi rapidement devenue une pratique criminelle.

Communiqué de presse: Remise en cause des lois foncières et semencières en Afrique

Le lobby qui cherche à industrialiser la production alimentaire en Afrique ne se contente pas d'injecter de l'argent dans des projets de plantations sur le terrain, il modifie également la législation africaine pour qu'elle serve les intérêts de l'industrie agroalimentaire étrangère. Telle est la principale conclusion d'un nouveau rapport de deux organisations de la société civile, l'AFSA (Alliance pour la souveraineté alimentaire en Afrique) et GRAIN.

Le lobby qui cherche à industrialiser la production alimentaire en Afrique ne se contente pas d'injecter de l'argent dans des projets de plantations sur le terrain, il modifie également la législation africaine pour qu'elle serve les intérêts de l'industrie agroalimentaire étrangère. Telle est la principale conclusion d'un nouveau rapport de deux organisations de la société civile, l'AFSA (Alliance pour la souveraineté alimentaire en Afrique) et GRAIN.

Communiqué de presse: Des agriculteurs de l'État de Taraba, au Nigeria, refusent de céder leurs terres

Les agriculteurs de l'État de Taraba, dans le nord-est du Nigeria, sont actuellement expulsés de terres qu'ils cultivent depuis des générations pour laisser la place à la société américaine Dominion Farms pour la création d'une exploitation rizicole de 30 000 ha.

Les agriculteurs de l'État de Taraba, dans le nord-est du Nigeria, sont actuellement expulsés de terres qu'ils cultivent depuis des générations pour laisser la place à la société américaine Dominion Farms pour la création d'une exploitation rizicole de 30 000 ha.

Communuiqué de presse : Planète huile de palmes – les paysans paient le prix fort pour l'huile de palme bon marché

D'un bout à l'autre du monde, la culture de l'huile de palme connaît une expansion rapide. Les nouvelles plantations en monoculture ont pour corollaire la destruction des forêts tropicales, l'exploitation de la main d'œuvre et un accaparement brutal des terres.

D'un bout à l'autre du monde, la culture de l'huile de palme connaît une expansion rapide. Les nouvelles plantations en monoculture ont pour corollaire la destruction des forêts tropicales, l'exploitation de la main d'œuvre et un accaparement brutal des terres.

Communiqué de presse : Karuturi poursuit son déclin

Karuturi Global Ltd, la multinationale indienne qui s'était fait un nom dans le secteur des fleurs coupées au niveau mondial et a récemment acquis plus de 300 000 ha en Éthiopie pour produire des denrées alimentaires à destination des marchés étrangers, poursuit son déclin douloureux et généralisé.

Karuturi Global Ltd, la multinationale indienne qui s'était fait un nom dans le secteur des fleurs coupées au niveau mondial et a récemment acquis plus de 300 000 ha en Éthiopie pour produire des denrées alimentaires à destination des marchés étrangers, poursuit son déclin douloureux et généralisé.